Pour nourrir ses enfants, cette maman se soumet à un métier affreux! Et elle est toujours moquée aujourd’hui!

Les différentes sociétés et cultures ont des concepts relatifs à la beauté qui leur sont propres. Même au sein des cultures, la définition de la beauté peut varier de générations en générations. Mary Ann Bevan a eu la malchance de vivre à une époque où les gens qui ne rentrent pas dans les critères de beauté sont loin de vivre heureux. L’histoire qui a fait d’elle « la femme la plus laide du monde » est tragique, mais à la fois une véritable source d’inspiration.

Mary Ann est née en décembre 1874 à Londres. Elle passe toute sa jeunesse à travailler en tant qu’infirmière et à l’âge de 29 ans, elle se marie avec un fleuriste du nom de Thomas Bevan. C’est à cette époque que les premiers signes de la maladie de Mary se déclarent. Dès lors, sa vie va complètement changer. Et pour ne rien arranger, son mari meurt onze ans plus tard, la laissant seule à élever leurs quatre enfants.

Mary Ann est atteinte d’acromégalie, un trouble hormonal qui provoque une augmentation anormale des extrémités et une déformation du visage au fil des années. À l’âge de 32 ans, Mary Ann commence à voir les premiers symptômes de sa maladie : une déformation du visage associée à des maux de tête et des douleurs musculaires. Mais malgré la souffrance, Mary Ann refuse de se laisser abattre et continue de travailler et s’occuper de sa famille.



Loading...