Trois restes d’aliments que vous ne devez plus jamais consommer !

Il nous arrive souvent de ne pas vouloir cuisiner, surtout en sachant que les restes du repas précédent feront largement l’affaire.  Même si cette habitude est une bonne solution contre le gaspillage, elle reste néanmoins assez dangereuse pour la santé, vu le fait que certains aliments deviennent toxiques quand ils sont réchauffés. Découvrez les trois restes d’aliments qu’il ne faut plus jamais consommer !

Il est vrai que les restes d’un repas ne sont pas aussi délicieux qu’au moment de leur préparation, mais leur avantage est qu’ils sont prêts après un petit tour de quelques minutes au micro-ondes. Cependant, certains restes d’aliments représentent un danger pour la santé lorsqu’ils sont consommés. En les mangeant, vous augmentez votre risque de souffrir de troubles digestifs, de nausées, de vomissements, de diarrhées et même de problèmes cardiovasculaires.

Voici trois restes d’aliments qu’il ne faut plus jamais consommer :

1 – Les huiles végétales

Une étude menée par une équipe de chercheurs de l’Université du Pays Basque en Espagne, a permis de montrer que le fait de chauffer des huiles végétales à température de friture favorise la libération de composés toxiques, dangereux pour l’organisme. En effet, la température subie par l’huile végétale (de tournesol, de maïs, de soja ou de colza) pendant la friture cause une dégradation des acides gras polyinsaturés qu’elle contient et conduit ainsi à la libération d’une toxine appelée 4-hydroxynonénal (4-HNE), très réactive aux protéines du corps et aux acides nucléiques. D’ailleurs, plusieurs études concernant cette toxine l’ont  associée à différentes maladies telles que l’athérosclérose, les maladies hépatiques, Alzheimer, Parkinson et même de cancer.

De plus, à chaque fois que cette huile est réutilisée, sa concentration en cette toxine augmente et le risque qu’elle représente pour la santé augmente aussi.

Il est donc conseillé de ne pas trop chauffer les huiles végétales et de s’en débarrasser dès qu’elles commencent à mousser ou à fumer. Vous pouvez également privilégier l’huile d’olive qui, selon la même étude, présente le plus faible taux de toxicité. Sa richesse en acide gras mono-insaturés permet de retarder et de réduire considérablement la libération de ces toxines.